Megaupload, The Pirate Bay, KickAss Torrents, Torrentz, OMGTorrent, Planet-Series, Full-stream, Wawa-Mania, et maintenant Zone Téléchargement. Les sites de piratage de films, séries, musiques et jeux vidéo ferment les uns après les autres. Des millions d’internautes crient alors au désespoir de ne plus pouvoir télécharger en peer-to-peer (P2P), télécharger en direct ( DDL) ou regarder en streaming.

La pratique a beau être punie par la loi et surveillée par la Haute autorité de lutte contre le téléchargement illégal (Hadopi) depuis 2009, entre 10 et 14 millions de Français s’y adonnent toujours. La plupart revendiquent “un accès à la culture” puisque “tout le monde devrait avoir accès à tous les films”, selon un témoignage recueilli par l’Hadopi. Un autre clame :

“Internet apporte cet accès à la culture. Cet accès est génial : on peut avoir tout ce que l’on veut. J’aime quand c’est gratuit et illimité.”

Sauf que le piratage de contenus culturels n’a plus le même visage aujourd’hui qu’aux débuts de l’internet. Souvenez-vous, Napster en 1999… Depuis, l’offre légale s’est largement développée, avec des tarifs attractifs.

Retrouvez l' article original dans son intégralité sur tempsreel.nouvelobs.com